Vue de la ville d'Edimbourg

Toute occasion est pour nous bonne pour voyager et partir visiter une nouvelle capitale européenne. Grace aux matchs de rugby européens de nos clubs français préférés, cela nous a permis de jeter notre dévolu sur la ville d’Édimbourg.

Édimbourg, la capitale de l’Ecosse, est une superbe découverte à la fois pour son patrimoine remarquable, ses pubs, sa vieille ville médiévale et également son mythique stade de rugby.

Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous sommes partis au cœur de l’hiver depuis Toulouse avec Raynair (avec des billets imbattables aller/retour à 30€) du jeudi après-midi au dimanche après-midi. Nous avions trouvé un petit appartement à deux pas du centre ville dans le quartier de Newington sur Airbnb.

Bienvenue à Edimbourg

Pour ne pas nous embêter à notre arrivé à l’aéroport, nous avons pris un Uber pour nous emmener à notre logement. Nous en avons eu pour 35£ à 4 (environ 40€) mais nous n’avons pas pu éviter les bouchons de fin de journée (45 minutes de route environ). Si vendredi et samedi nous avons usé nos gambettes pour visiter, le dimanche, nous avons pris le tram pour nous rendre à l’aéroport. Il y a une seule ligne dans qui permet de relier la ville à l’aéroport. Cela est très pratique et cela nous a coûté 6,50 £/personne.

Nous avons organisé nos journées pour visiter au maximum la ville et nous nous étions fixés des parcours à pied de 9 km (sur le papier) pour ne pas dépasser de 15 km en réel et profiter à fond de nos visites.

Journée 1 : Le panorama de la ville

Nous avons commencé notre découverte par une petite randonnée d’une trentaine de minutes sur la colline Arthur‘s Seat (colline de 251 mètres d’altitude), ou se situe le plus beau panorama sur la ville d’Édimbourg et où se trouverait d’après la légende le château du Roi Arthur.

Après avoir redescendu de la colline, nous somme passés devant le Palace of Holyrood house et Holyrood Abbey, qui est l’une des résidences officielles de la Reine d’Angleterre. L’entrée du Palace et du monastère coûte 16,5 £/ personne. En face, sous bonne garde royale se trouve le Parlement écossais. Un bâtiment récent assez atypique réalisé par un artchitecte espagnol.

Puis direction la colline de Catlon Hill. L’un des plus beaux points de vue sur Édimbourg : D’un côté la vue sur la mer, les toits de New Town et de l’autre, la vue sur les hauteurs d’Old Town . Prenez un moment pour profiter de ce point de vue.

Vue de la ville d'Edimbourg

Et pour finir la matinée, nous avons pris la direction du musée national Scottish National Portrait Gallery. Ce musée de peintures (principalement de portraits) est un très bel édifice qui est à découvrir sans même visiter la collection entière, autour d’un café par exemple. Si vous aimez l’art et l’histoire, un tour du musée est une bonne manière de se familiariser avec les personnages clés de l’Ecosse.
Ce musée est gratuit.

Pour la pause déjeuner, nous avons décidé d’aller dans le quartier de New Town, ou l’on trouve des magasins chics, des hôtels luxueux, des banques, restaurants et bars clinquants. Nous avons jeté notre dévolu sur le restaurant “The Perch” au 110 Hanover Street, suite aux bons avis que nous avions lu sur TripAdvisor. Un restaurant avec une cuisine simple dans un cadre chic et raffiné. Nous avons ainsi pu goûter un vrai fish and chips, l’une des spécialités typiques du Royaume-Uni, qui au final est super bon.

Après avoir profité de cette pause pour se reposer, direction le Scottish National Gallery. Niché entre les collines d’Old Town et de New Town, la Galerie Nationale d’Écosse regroupe des collections de peintures et de sculptures écossaises et occidentales, allant de la Renaissance au post-impressionnisme. Nous avons pu voir des tableaux mondialement connus de : Botticelli, Rubens, Titien, Da Vinci, Caravage, Cézanne, Gauguin, Mucha, Sisley… 
Ce musée est gratuit.

Enfin, pour finir la journée, direction le quartier du château, la superbe vieille ville médiévale où nous avons pu voir le coucher de soleil sur la ville.

Nous avons longé le Royal Mile, une artère de la ville qui descend du château d’Édimbourg jusqu’au palais de Holyrood (résidence de la reine). La rue est une expérience en soi. Il y a beaucoup de choses à voir et à faire pendant que vous parcourez le mile (1,6km) avec beaucoup de grands musées, de boutiques et de cafés. L’atmosphère est amusante et animée, nous avons eu le plaisir d’être accueilli par des joueurs de cornemuse, typique ! Nous avons passé un excellent moment à nous promener et à nous arrêter dans les endroits qui nous intéressaient. C’est la vieille ville et le quartier touristique le plus fréquenté, alors attendez-vous à ce que beaucoup de gens soient là avec vous. Si vous voulez éviter la foule, allez y tôt le matin.

Nous avons pris le temps de visiter la sublime cathédrale Saint-Giles. Le bâtiment actuel de l’église date du 14ème siècle et son clocher couronne distinctif est l’un des monuments les plus connus d’Édimbourg. Cela en fait un des monuments les plus visités d’Edimbourg.

Puis pour finir la journée, nous avons fait l’attraction de Mary King’s Close qui est un véritable labyrinthe composé de ruelles profondément enfouies sous les bâtiments de la Old Town (qui datent de l’époque de la Peste) et qui permet de découvrir les légendes d’Edimbourg et l’histoire de ses quartiers populaires. Attention, cette attraction est exclusivement en anglais (avec un guide costumé), pour les français, nous avions un audioguide mais il ne suivent pas le texte du guide et pas au même rythme ! Pour profiter de l’expérience à fond il vaut mieux donc maîtriser un minimum l’anglais, et je dirais même plus avec l’accent écossais (ils roulent les rrrrrrrr) car cela vous plonge vraiment à fond dans l’atmosphère étrange de ces ruelles sombres.
L’entrée coute 16,50£ (soit environ 17,8€) et la visite guidée dure 1h.


Journée 2 : Visite de la vielle ville et jour de match

Aujourd’hui, jour de match. Dans la matinée, visite de la vielle ville et dans l’après-midi direction le stade de Murrayfield.

Nous avons commencé la journée par la visite du National Museum of Scotland. Un musée incontournable à la magnifique architecture.
Le musée est gratuit et il est ouvert de 10h à 17h tous les jours.

Issu de la fusion du musée de l’Écosse et du musée royal, il expose depuis 2006 des collections dédiées aux sciences, aux cultures, à l’archéologie, à la mode, au design, à la technologie et à l’histoire de l’Écosse.

Visite ludique et interactive : le musée est décomposé sur 3 étages, avec des découvertes du monde et on peut notamment y voir le squelette d’un Tyrannosaure rex ou encore la célèbre brebis Dolly, le premier mammifère cloné de l’histoire.

Dolly première mamifière clonné Edimbourg

Sur la route du château, nous nous sommes arrêté au cimetière de Greyfriars, le cimetière le plus connu et un des plus hantés au monde ! A l’entrée se trouve la statue de Bobby (il faut lui toucher le nez, cela porte bonheur). Une histoire de chien fidèle rendant visite à son maître enterré au cimetière : Bobby aurait veillé pendant 14 ans sur la tombe de son maître.

Juste à coté se trouve le café “The Elephant House” au 21 George IV Bridge, le café n’a rien d’exceptionnel mais c’est l’endroit où J. K. Rowling donna vie à Harry Potter en rédigeant notamment le premier Tome des aventures du fameux jeune sorcier à lunettes rondes.

Puis direction le majestueux château d’Édimbourg. Emblème de la ville, c’est une véritable forteresse. Témoin de l’Histoire douloureuse qui se joua entre l’Écosse et l’Angleterre (la fameuse indépendance qui fut le cheval de bataille de William Wallance, alias Braveheart), le château fut à partir du XIe siècle le symbole des rivalités entre ces deux nations. Suite au traité de Berwick, le roi David II entreprit des travaux de reconstruction pour en faire une forteresse militaire, achevée en 1153. Il abrita ensuite certains membres célèbres de la dynastie écossaise des Stuart, dont Marie Stuart qui y donna naissance au futur Jacques Ier d’Angleterre.

A l’intérieur du château, plusieurs musées et salles sont disponibles à la visite. Si vous le visitez, vous pourrez découvrir :

  • Le mémorial national de la guerre en Écosse, construit en 1927,
  • La Saint Margaret’s Chapel, l’immeuble le plus ancien de la forteresse,
  • Les Honours of Scotland, joyaux de la couronne écossaise datent des 15ème et 16ème siècles,
  • L’impressionnant Mons Meg, un canon de siège 6 tonnes du 15ème siècle,
  • Le « One O’Clock Gun », le « canon de 13 heures », courte cérémonie militaire quotidienne (sauf les dimanches)… à treize heures. Elle avait pour but de rappeler aux marins écossais d’ajuster leurs horloges !

Le château est le plus haut lieu touristique en Écosse : même si il n’a plus aujourd’hui d’utilité royale ou militaire. Ouvert tous les jours de 9h30 à 17h. L’entrée coûte 19,5£ (soit 21€, bon plan : 2£ de moins si le billet est acheté sur internet, si besoin vous pouvez l’imprimer à “Edinburgh ICenter” au 249 High Street, un des bureaux de l’Office de tourisme où l’accueil est chaleureux et en français).

Il est enfin l’heure de partir en direction du stade de Murrayfield en prenant le tram devant le Scottish National gallery. Il existe des tickets de 24h à 4,50 £ (soit 5€), c’est super pratique.

Ce stade mythique de Murrayfield est juste magnifique. Les fans de rugby ont tous en tête le Flower of Scotland (l’hymne écossais) entonné par les 67 000 supporteurs à chaque match de l’Ecosse lors du Tournoi des VI Nations, notamment contre la France. Nous avons décidé de prendre notre repas au stade pour être dans l’ambiance et cela ne revient pas énormément cher, 10£ le repas et une bière. Nous avons pu voir un match de coupe d’Europe entre Édimbourg et Agen (oui, j’ai fait un honneur à mon homme qui supporte cette équipe ! Mais avec quand même un clin d’œil à la Section). Le match s’est terminé avec une large victoire d’Édimbourg 36-0. Personnellement j’ai passé un très bon moment, mon homme un peu moins.

Section paloise à Murrayfield Edimbourg

Pour finir la journée, nous sommes partis nous balader dans la plus grandes artère d’Edimbourg la rue Princes (qui part de la gare ferroviaire jusqu’a l’aéroport) profiter de l’ambiance dans la ville, et faire les magasins.

Quelques idées souvenirs :

  • Du whisky (scotch),
  • Des shortbread, les gâteaux écossais,
  • Des vêtements en tweed (tissu de laine),
  • Un tartan, étoffe de laine à carreaux de couleurs, typique des peuples celtes,
  • Un kilt,
  • Un plat culinaire : le Haggis, plat national (panse de brebis farcie avec des abats),
  • Les écussons des grands clans écossais (MacKenzie, MacGregor, …),
  • Des bijoux magiques et celtiques,
  • Des souvenirs d’Harry Potter.

Et vous, connaissiez-vous cette ville ? Vous aussi vous aimez voyager ?
Dites moi en commentaire.

Je vous embrasse,

Blogeuse influençeuse Pau Nay Béarn 64

Partager: